Au Mali, une affaire secoue le secteur de l’agriculture. Près de 40 000 tonnes d’engrais importées pour les semences seraient frelatées. Du mauvais engrais entraînant des pertes estimées en millions de dollars.

Pour booster la production dans les champs, les paysans maliens ont besoin d’engrais pour les semences. Mais près de 40 000 tonnes d’engrais importées sont frelatées. C’est un véritable scandale, estime un député du parti au pouvoir qui a enquêté sur le sujet : « C’est vraiment un scandale. Les paysans sont beaucoup plus endettés qu’avec la culture du coton. Et s’il faut leur envoyer encore des engrais de mauvaise qualité, ça va leur créer encore d’autres problèmes », assure en colère Bafotigui Diallo.

Après avoir analysé les échantillons d’engrais livrés, deux laboratoires confirment que l’engrais est de mauvaise qualité. L’affaire est devenue une affaire nationale et à son tour, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, est sorti de ses gonds : « Tout sera tiré au clair. Les fautifs seront punis ».

Les coupables sont recherchés. Des auditions sont prévues ce lundi et on évoque même l’implication de gros poissons dans la chaîne qui irait du lancement d’appel d’offres aux fournisseurs d’engrais, en passant par les intermédiaires.

RFI