La Banque nationale pour le développement économique (BNDE) s’engage à financer l’achat des stocks actuels de 8000 t de riz blanc, a-t-on appris à l’issue du Comité régional de développement (CRD) spécial sur les filières tomates, oignons et riz.

Outre l’achat de ce riz en souffrance dans les rizeries, la BNDE va favoriser la contractualisation entre importateurs et riziers et pourrait mettre en place un financement complémentaire pour les stocks à venir, lit-on dans un document portant recommandation du CRD présidé, jeudi, par le ministre du Commerce Alioune Sarr.

La Société de commercialisation (SDC) est disposée à acheter dés à présent également 8000 t de riz blanc, selon ce document signalant qu’en plus du stock de riz blanc invendu, plus de 30 000 t de paddy ont été recensées dans la vallée.

Compte tenu des objectifs de production et de l’ambition du gouvernement de réaliser l’autosuffisance alimentaire en 2017, ce CRD envisage l’intégration dans toutes les étapes de la chaîne de valeur, la commercialisation du riz.

 »Des mesures de défense commerciale (suspension, TVA, régulation des importations, etc.) seront proposées par le ministère du Commerce pour favoriser l’écoulement du riz local’’, a également retenu le CRD qui annonce ‘’l’organisation de la commande publique de riz, autour du Gouverneur de région, de la SAED, de l’ARM, de l’inspecteur de la CSA, etc. en vue d’une meilleure coordination des actions ».

Il a été également retenu au terme de cette rencontre de veiller, à travers la certification, sur la qualité du riz mis sur le marché pour susciter l’intérêt du consommateur et des distributeurs ainsi que le renforcement de la promotion du riz local et la mise en place d’une stratégie de commercialisation basée sur des normes de qualité.

Pour la filière tomates, la réunion a relevé entre autres ‘’la nécessité du respect par les industriels de leurs engagements de collecte, la mise en place dans les meilleurs délais d’un comité de suivi de la campagne de commercialisation en cours, l’ouverture dans les meilleurs délais de l’usine de Dagana ».

Concernant l’oignon, le CRD recommande ‘’la poursuite et le renforcement du dispositif de régulation des importations pour assurer son écoulement et la nécessité du respect des prix conseillés pour garantir aux consommateurs un prix abordable et lutter efficacement contre les spéculations ».

dakaractu