Ldéveloppement durable est maintenant un terme courant. Si en 2002, seuls 23% des Français déclaraient avoir entendu parler de développement durable, en 2006, ils étaient 57%.

Sa définition, énoncée en 1987 par Mme Gro Harlem Bruntdland, Premier Ministre norvégien, est celle  »d’un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

Zoom sur l’agriculture

L’agriculture durable, c’est tout simplement celle qui correspond aux principes généraux du développement durable. 

L’agriculture durable doit préserver les ressources, respecter la qualité des sols, de l’eau et de l’air, maintenir le potentiel de production des territoires agricoles, permettre aux agriculteurs d’en vivre normalement, répondre aux besoins de la population et préparer l’avenir. 

Un débat ouvert

Cependant, les solutions à adopter sont objet de débats. 

Certains prônent le développement d’exploitations n’utilisant que les ressources de leur territoire et uniquement tournées vers les besoins locaux des habitants. 

D’autres préconisent une agriculture ouverte sur les échanges, la satisfaction des besoins nouveaux et la recherche. En effet, la satisfaction des besoins des générations présentes et futures exige d’anticiper dans un monde en mutation rapide. Explosion démographique, urbanisation mondiale, épuisement des ressources fossiles, changements climatiques, les enjeux sont considérables.

Recherche et amélioration des plantes

Une chose est certaine, la durabilité est désormais au coeur des programmes de recherche agronomique. Et de nombreux acteurs (organismes de recherche, instituts techniques et agriculteurs notamment) conjuguent leurs efforts pour que les expérimentations d’aujourd’hui débouchent sur des solutions durables demain. 

Dans le domaine des semences, la sélection de nouvelles variétés, mieux adaptées à leur environnement, est particulièrement active. L’objectif ? Sélectionner des plantes capables d’offrir des produits de qualité en utilisant moins d’eau, moins d’engrais, moins de produits de traitement…