700 scientifiques ont échangé à Montpellier sur des pratiques climato-intelligentes. Leurs propositions seront soumises au sommet sur le climat, en décembre, à Paris.

Le concept de CSA, Climate Smart Agriculture, est né en 2010 aux Pays-Bas lors d’un sommet de la FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.« La communauté scientifique agricole internationale, qui travaillait sur les questions de sécurité alimentaire, s’est trouvée brutalement confrontée au phénomène du réchauffement climatique, explique Emmanuel Torquebiau, chargé de mission climatique au Cirad (1) à Montpellier. Il fallait aborder les deux problèmes de fond en même temps. C’est le point de départ de la Climate Smart Agriculture. La FAO l’a traduite en français par « agriculture climato-intelligente ». Au Cirad, nous parlons d’agriculture intelligente face au climat. »Elle repose sur trois piliers : la sécurité alimentaire, l’adaptation au changement climatique et la résilience, la capacité à s’adapter aux aléas météorologiques…

www.ouest-france.fr/